200, rue Daniel Johnson Est, Saint-Hyacinthe, QC J2S 8W5
Ventes: 1 866 927-5010
Services: 1 866 927-5011

Publié le 26 mars 2018

Hyundai Kona 2018 : digne d'un podium

Hyundai Kona 2018 : digne d'un podium

Le guide de l'auto

Hyundai Kona 2018 : digne d’un podium

Hyundai introduit cette année le Kona 2018, un véhicule qui deviendra non seulement le plus petit des VUS vendus chez Hyundai, mais aussi le plus abordable. Positionné sous le Tucson, le Hyundai Kona débarque dans le créneau des VUS sous-compacts avec comme mission de s’attaquer à des modèles qui se sont rapidement imposés. On pense au Mazda CX-3, au Honda HR-V, au Nissan Qashqai et au Subaru Crosstrek.

À première vue, le Hyundai Kona semble avoir tous les ingrédients pour réussir et après avoir parcouru quelques centaines de kilomètres à son volant, on peut affirmer qu’il a tout pour se retrouver sur le podium, s’avérant un véritable coup de cœur. Il s’en vendra des tonnes. C’est d’ailleurs le cas : il n’est en concession que depuis quelques jours et il est pratiquement déjà en rupture de stock.


Beaucoup de choix, quels sont les bons?

Vendu juste en deçà de 21 000 $, le Hyundai Kona 2018 offre des choix intéressants côté rouage et motorisation. Vous pourrez opter pour un modèle à traction qui, contrairement à la concurrence, n’est pas réservé qu’à la version de base. Bien entendu, on vous suggère fortement le rouage intégral pour 2 000 $ de plus, que vous ne cesserez d’apprécier chaque hiver. Avec sa garde au sol relevée et son centre de gravité bas, le Kona sera fort redoutable dans la neige, surtout si vous le chaussez de pneus d’hiver de qualité.

Le Kona est aussi le seul de sa catégorie proposé avec un choix de deux moteurs. Si le budget est au cœur de vos préoccupations, les versions plus abordables sont équipées d’un moteur quatre cylindres de 2,0 litres qui développe 147 chevaux, à un régime très élevé, 6 200 tr/min. Le couple de 132 lb-pi est acheminé aux roues par le biais d’une boîte automatique à six rapports. Amen, pas de boîte CVT dans ce cas-ci.

Le Kona peut être encore plus « jazzé » si vous optez pour le moteur turbocompressé de 1,6 litre qui pousse la puissance à 175 chevaux, mais c’est surtout le couple 195 lb-pi déployé à bas régime qui nous ravit. C’est le paroxysme de la satisfaction en apprenant que le rouage intégral figure de série avec cette mécanique, imaginez-vous que l’on en rajoute avec une boîte automatique à sept rapports avec double embrayage. Bon, on se calme, ce n’est pas une Ferrari, mais cet ensemble nous a réellement emballés. On y reviendra.


Style tout en contraste

Côté style, la majeure partie de ces petits VUS semblent disposer d’un trait commun, une forte personnalité. J’ai pris la peine de préciser la « majeure partie » car on ne peut affirmer que le Honda HR-V est très éclaté... Dans le cas du Hyundai Kona, qui tire son nom d’une île d’Hawaï, c’est tout à fait le cas. Plutôt qu’offrir simplement une palette de coloris conservateurs, la carrosserie du Kona peut arborer quelques couleurs vous assurant de ne pas passer inaperçu, notamment le Jaune Acide et le Bleu Lagon, une de nos préférées. Il est aussi possible de choisir un toit noir, dont l’effet est fort réussi avec certains agencements.

À l’avant, on remarque certaines similarités avec le Jeep Cherokee, surtout en raison des phares de jour effilés à la hauteur du capot et qui sont distincts des blocs optiques. Pour le démarquer, on lui a jouté des garnitures grises tout autour de la carrosserie et des contours d’ailes, ce qui le rend un tantinet plus musclé et dynamique. Il est très sexy, mais certains choix de jantes sont cependant un peu douteux.


Toujours une bonne valeur

À bord, on reconnaît rapidement l’environnement propre aux nouveaux modèles de Hyundai. C’est simple, mais très bien présenté et sans reproche côté ergonomie. Un écran tactile déposé sur le tableau de bord – il semble flotter dans les airs – permet de tout contrôler du bout des doigts et la compatibilité avec Apple CarPlay et Android Auto maximise l’efficacité, surtout que vous pourrez utiliser le système de navigation de votre téléphone dans les versions du Kona qui n’en sont pas équipés.

On conserve les commandes classiques pour les fonctions plus courantes, notamment le climatiseur. Les niveaux d’équipements ont bien été étudiés, car même les versions de bases ne sont pas trop dénudées, et les sièges chauffants à l’avant figurent d’ailleurs de série. Hyundai a toujours misé sur la valeur, c’est le cas du Kona.

Les passagers avant profitent de bons dégagements, puisqu’on a bien aménagé l’habitacle afin de procurer une impression d’espace, même s’il s’agit d’un modèle sous-compact. C’est un peu plus à l’étroit à l’arrière – comme dans tous VUS de ce gabarit – mais en revanche, le Kona, malgré son profil et son toit qui s’abaisse à l’arrière, dispose d’un bon volume de chargement, supérieur à celui du Mazda CX-3 de près de 100 litres. On a su allier style et habitabilité.

Comportement dynamique

Au volant, les ajustements du siège et la colonne de direction télescopique nous permettent de trouver rapidement une bonne position de conduite. L’assise et la vision sont plus hautes que dans une voiture, ce que les acheteurs recherchent, mais on aimerait cependant pouvoir abaisser l’assise du siège, car même en position plus basse, c’est trop haut à notre goût.

La version équipée du quatre cylindres de 2,0 litres s’est avérée assez intéressante, ce qui n’est pas toujours le cas des mécaniques de base. La boîte est efficace et extirpe bien la puissance disponible, mais le moteur a fort à faire et doit révolutionner à haut régime pour être à son meilleur, devenant alors plus bruyant. On a l’impression qu’il faut un peu plus de temps avant de ressentir l’effet de puissance, on se surprend à lui dire « go, go, go, »! Malgré tout, ce n’est pas un choix à négliger, la direction et la suspension ont bien été ajustées en fonction d’un plaisir de conduite assez intéressant.

Quant au moteur turbo, il dynamise encore plus le comportement du Kona. L’effet de puissance est perceptible beaucoup plus rapidement et les reprises sont aussi plus énergiques lorsque vous circulez à vitesse de croisière. D’autres éléments, dont des roues de plus grandes dimensions et une suspension multibras, assurent également un meilleur aplomb au véhicule en conduite dynamique – ce fut notre favori entre les deux mécaniques. Trois modes de conduite (Sport, Normal et Eco) optimisent la répartition du couple et les changements de rapport et personnalisent ainsi le comportement du véhicule en fonction de votre humeur.

Bref, le Hyundai Kona 2018 est un véritable coup de cœur et il frappera encore plus fort lorsqu’une version 100% électrique arrivera au cours de l’année.



Passer à l'étape suivante
Voyez les différents modèles